La stratégie et la tactique dans le combat

Trouvé sur la page :
http://henro.unblog.fr/2012/05/30/325/

Très bon billet de Greg (que je ne connaissais pas), expliquant et résumant le thème de la stratégie et de la tactique dans le combat. Ceci est transposable dans tous les domaines dits « martiaux », à main nus, armées, etc.

 

« Dans le dernier numéro du magazine « Karate Bushido » d’Avril, un dossier très intéressant est proposé avec pour thème la stratégie dans le combat.

Certes, vous me direz que de nos jours élaborer une stratégie pour vaincre son adversaire n’est pas ou plus aussi primordial qu’à l’époque de Musashi. Mais, au-delà de ça, elle permet de se forger un mental, d’être attentif à ce qui nous entoure lors de conflits divers. Les Kendoka, entre autres, développent cet esprit car la tradition des samurai est très présente, l’esprit des guerriers. Il permet de mieux faire face à ce que la vie nous inflige au quotidien. Et, après tout, quand on pratique les arts martiaux, cela fait partie aussi de la voie. Je vous propose donc un extrait de cet article qui donne envie de se (re)plonger dans le Gorin no sho de Miyamoto Musashi.

Bonne lecture.

Miyamoto Musashi (1584-1645) est considéré comme ayant été le plus grand escrimeur de toute l’histoire du Japon. Après une vie bien remplie de victoires en duels à mort, en combat courtois lors de tournois et en affrontements sur les champs de bataille, il se retire de la vie publique pour rédiger son ouvrage majeur, le Gorin no sho (Écrits sur les cinq Rouleaux), achevé en 1645.

Musashi (à droite) dans son duel contre Kojiro.La deuxième manière est le Tai no sen : il s’agit d’attendre l’attaque de l’adversaire. Musashi se met ici en situation de recevoir l’attaque adverse pour la dominer. Dans le Tai no sen, Musashi préconise de faire semblant d’être faible, céder du terrain, faire semblant de lancer une attaque, tromper l’adversaire puis l’abattre au moment vulnérable.

La troisième manière est Tai tai no sen : il s’agit de se trouver dans une situation où les deux adversaires sont en position pour lancer une attaque. Dans le Tai tai no sen, Musashi préconise de s’approcher de l’adversaire. Dans tous les cas, ce qui intéresse Musashi, c’est de prendre le « sen », fondement de toute stratégie (Hyôho). Il précise que l’idéal est d’être soi-même à l’initiative de tous les gestes, afin de mieux contrôler l’adversaire.

Par ailleurs, Musashi donne les indications suivantes :

• » Éviter toutes pensées perverses. » Cela concerne la capacité à rester concentré dans le feu de l’action, sans jamais se laisser aller à des pensées vagabondes.

• » Se forger dans la voie en pratiquant soi-même et non par le jeu des idées. » Concerne la nécessité de pratiquer de manière concrête les techniques et de mettre en apllication les principes. Sun Zi par exemple conseillait aux officiers de se mettre dans la peau des soldats qu’ils commandaient.

( … )

J’espère que cet extrait vous à donner l’eau à la bouche.« 

Certes, certes🙂

A propos Jack Hammercore

"Il n'y a que la vérité qui blesse"... Non, y'a mon poing dans ta gueule aussi!
Cet article, publié dans Refléxion, Tout les articles, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s