Realni Aïkido, la tartufferie K-do !

"No Surrender, No Retreat !" Bigre ça rigole pas. Et toi ?

Master Vracarevic 10ème DAN ! Oui mais de Real Aïkido🙂

Aujourd’hui, nous allons étudier comment exceller dans la création de tartufferie sans nom, prompt à faire égarer toutes brebis intéressées un tant soi peu par la Self-Défense.  L’accusé du jour est une discipline d’origine serbe tiré de l’Aïkido originel se voulant une épuration des fioritures mystiques qui entourent trop souvent l’Aïkido.  Mesdames et Messieurs, voici le Realni Aïkido ! Le fondateur (Master Vracarevic *voir image à droite*) s’est donc concentré sur le terre-à-terre et l’efficacité (on ne rigole pas !) en faisant FI des autres éléments. Le titre ne veut pas dire, comme on le croirait, Vrai Aïkido mais Aïkido appliqué à la réalité. La confusion serait due à la mauvaise traduction du serbe à l’anglais. Si le Realni Aikido a subit un tire groupé de la part d’une majorité des pratiquants de l’Aïkido classique, on ne peut pas dire qu’il soit beaucoup plus convaincant pour un pratiquant de n’importe quelle autre discipline de contact ; ceux qui connaissent la réalité de l’échange de frappes et de force.   

Ci-dessous, vidéo d’une démonstration à Bercy   

   

Qu’avons-nous là  à part que dale ? Une belle chorégraphie pour le prochain navet de Steven Seagal, ok. Mais à part ça ? Franchement rien. Tellement rien que premièrement, rien n’est réaliste ! Les attaques sont les mêmes clowneries que l’Aïkido classique mais en plus méchant : « je me lance comme un abruti sur le mec avec une attaque aussi téléphoné qu’un camion citerne qui déambule sur la route 66 ».   

"Ben moi mon dojo d'aiki-warrior, je le verrais plutôt comme ça tu vois..." Et oui, le designe est essentiel dans le Real Aïkido !

Deuxièmement, l’attaque elle-même sort d’on ne sait où et à part éventuellement sur un champs de bataille, ça ne se voit jamais en rue. Troisièmement et dernièrement, les techniques proposées comme contre reprennent les mêmes shémas que l’Aïkido normal mais en utilisant beaucoup plus de force, en hurlant (ça fait cool), et en finissant le type avec un coup de poing ou un coup de pied.   

Les mecs ! Grâce à mes techniques de vrai aiki-matador, vous serez invincible dans les cages !!!

N’étant déjà pas crédible en terme de réalisme, cette discipline ne peut même pas prétendre à developper une certaine approche philosophique de la vie comme le font la plupart des écoles d’Aïkido traditionnel.  

Soumettre Superman, c'est possible grâce au Real Aïkido !

Bref, ne vous faites pas avoir ! ce n’est pas parce qu’on s’approche d’un BJJ-style avec Kimono bleu et qu’on ajoute des frappes MMA-style avec stomp-kick et coup de poing Ground ‘N’ Pound qu’on peut faire de l’Aïkido une discipline adapté au combat réel.   

Bon, et comme je suis bon joueur, je vous laisse une description (trouvé sur je ne sais plus quel forum) faite par les pratiquants eux-même :   

Le Real Aïkido est un style d’art martial exceptionnel pour la self-défense, extrêmement efficace et applicable dans les situations de la vie quotidienne. Master Vracarevic (10ème Dan) en est le créateur.   

Il a pris quelques techniques parmi les centaines de l’aïkido originel, les a incorporé dans son style, exclu les éléments de la tradition japonaise et s’est focalisé sur les différentes applications possibles de chaque technique. A partir de ses connaissances et d’éléments de plusieurs formes d’arts martiaux (notamment le Jiu-Jitsu dont il est 8ème Dan), il a créé un style extrêmement souple et principalement axé sur la self-défense.   

Les caractéristiques principales sont la vitesse et le timing ainsi qu’un contrôle totale de l’attaquant en fin de mouvement. La souplesse des techniques permet au pratiquant d’ajuster aisément ses mouvements en fonction de la situation. 

"YATAAAAAAA !!!"

A propos Jack Hammercore

"Il n'y a que la vérité qui blesse"... Non, y'a mon poing dans ta gueule aussi!
Cet article, publié dans Comique, Self-Defense, Tout les articles, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Realni Aïkido, la tartufferie K-do !

  1. TARASBULBA dit :

    Ça ressemble plutôt au tai-jitsu, mais comment parler de réalisme et d’auto-défense en s’entrainant avec le Keikogi (la tenue), plutôt qu’en jean-basket-sweat ou costume?

    Sinon, les clés, esquives et anticipations de l’aïkido pourraient êtres mises en application « réelle », mais pas avec une chorégraphie de la sorte.

  2. Pratiquant dit :

    Bonjour,
    Je suis pratiquant d’aikido « traditionnel ».

    Si je n’adhère pas au principe du real aikido déformant et réduisant les choix techniques qui nous sont offerts, je ne vois pas en quoi l’aikido n’est pas utilisable en combat de rue, bien au contraire, il est redoutablement efficace.

    Si les forces spéciales turques sont formés à l’utilisation des techniques d’aikido ce n’est pas vraiment un hasard.

    Quelque soit l’art martial, c’est l’engagement du pratiquant qui fait la différence et le choix judicieux d’un bon professeur…

  3. zabash dit :

    Je pense que l’éternel débat de l’efficacité de l’aïkido en combat réel est déplacé. À mes yeux, on ne pratique pas l’aïkido pour se défendre contre une attaque physique. On le pratique pour apprendre à considérer la vie sous un autre angle, pour apprendre à se connaître, et parce que l’on sait au fond de soi que la violence ne résout rien. Vouloir se battre, c’est déjà avoir perdu.
    Durant mon enfance, j’étais la tête de turc de l’école. J’ai appris à esquiver, à observer, à courir. J’ai appris quelques règles élémentaires de « survie »: ne pas se lasser encercler, toujours repérer les endroits par lesquels on peut fuir, évaluer l’humeur des autres, désamorcer l’attaque avant qu’elle n’ait lieu, savoir se placer dans l’espace, etc…Je n’ai jamais donné un seul coup pour me défendre, et je dois dire que j’en ai évité un nombre incalculable. On peut éviter beaucoup de violence si on sait observer, et si on s’intéresse un peu à la psychologie humaine. Évidemment, c’est un peu plus compliqué que de taper…
    Et puis, la seule fois où je me suis fait agresser, ils étaient 15 et on était deux. On ne s’est pas défendu. Et on a bien fait. On s’en est tiré avec de petites blessures très superficielles .Trois semaines plus tard, la même bande a attaqué un ami qui pratiquait le karaté depuis dix ans. Il a voulu se défendre. Il en a mis quelques uns a terre…mais s’est pris trois coups de couteaux dans le dos.

  4. Frank Hammer dit :

    « Vouloir se battre, c’est déjà avoir perdu. »

    Hé ben, faudra dire ça à ceux dont le choix se résumait à défendre des personnes et les épargner de graves traumatismes (tant physiques que moraux)… et la fuite.

    « Vouloir se battre à tout prix », ça oui, ça peut être une erreur stratégique.

  5. Fa dit :

    Personnellement je trouve l’approche du réal aïkido intéressante. La dynamique des mouvements diffère, et me semble plus adaptée, à la vie moderne que l’aïkido traditionnel. Mettre de la force ou pas dans le mouvement, est une question de niveau de pratique. Faut-il attendre 15 ans de pratique, pour pouvoir se défendre dans la rue ? S’il faut mettre de la force, pour passer une technique, qu’importe…Par ailleurs, cette approche, met plus l’accent sur la vitesse de réaction et les réflexes. Dans un combats réels les attaques ne sont pas téléphonée, tout va très très vite…Je déplore, que dans de nombreux dojos traditionnels, on ne travaille pas assez les réactions à vitesse réelle. le pratiquants apprends des techniques téléphonées, comme un perroquet…Et au bout de 15 ans de pratique peut-il espérer, réagir de manière adéquate ? Même pas sûr…
    Dans les arts martiaux, ce qui fait vraiment la différence : c’est le réalisme de la pédagogie…

  6. zabash dit :

    @ Frank Hammer:
    Quand je disais “Vouloir se battre, c’est déjà avoir perdu », je ne parlais évidemment que de situations qui n’impliquent que sa propre personne. Et, bien évidemment, il y a des situations où on n’a pas vraiment le choix. Enfin si, on a toujours le choix, et ce peut être le choix entre se battre ou mourir…
    Ceci dit, je ne voulais pas ouvrir un débat philosophique sur la non-violence. Je voulais juste signaler qu »il y a beaucoup de façons d’éviter le combat.

    @ Fa: Je pense sincèrement que l’Aïkido n’est pas un art martial. Car ce n’est pas une technique de combat. Le but idéaliste étant qu’il n’y ait pas de combat. Comparer sans cesse l’Aïkido aux autres arts martiaux, c’est un peu comme comparer de la musique classique à du rock. C’est très joli à écouter dans son salon, mais c’est pas ça qui va faire danser les gens. Les buts ne sont pas les mêmes. Il n’y a donc pas grand-chose à comparer.

  7. Le combat réel, de toutes façons, ça n’existe pas. Après 30 ans de pratiques martiales diverses chez certains, souvent, le combat réel consiste (et je l’ai constaté) à se vautrer par terre en tremblant de stress après trois coups de pieds maladroits et vicieux, et à se blesser ridiculement sans honneur et sans gloire, avec souvent quelques verres dans le pif. En plus, c’est toujours le plus gros qui gagne alors pourquoi se casser le cul à apprendre la technique du héron, alors qu’il suffit de bouffer des poudres et de faire de la muscu. Le mythe du combat réel, avec un combattant lucide et totalement maître de ses mouvements, fluides et concentré sur l’offensive et qui marque à tous les coups, c’est un héritage culturel du cinéma. En gros, ce qu’on voit ‘dans la rue’ est à chier. Je regrette simplement les quelques salves de discrédit de la part du rédacteur au sujet de la pratique de l’aïkido classique. Cette discipline est à mes yeux aussi valable, sinon plus que n’importe quelle autre méthode pleine de prétention, parce qu’au moins, elle ne se nourrit pas de fantasmes. Je m’étonne toujours que personne ne relève le côté ridicule du Krav Maga, méthode tendance s’il en est, et qui consiste entre autres à se débarrasser d’un agresseur armé d’un Famas en plastique, situation de ‘rue’ ultra courante.

    • pratiquant dit :

      La rue n’est ps un mythe , j’ai vu plus souvent des gros à terre que des vicieux vifs et maître d’eux mêmes .
      Ce n’est donc pas inutile d’apprendre à être vicieux grâce à des techniques vues en club ou ailleurs .
      -prendre de la poudre n’est pas un gage de réussite dans la rue , cela se saurait .
      savoir courir reste la meilleure défense .
      Et surtout : depuis que la poudre fut inventée , il n’y a plus d’homme fort !!!

      • Pas la peine d’aller en club pour apprendre le vice. Et sinon, on est d’accord, la rue n’est pas un mythe (même si j’ai du mal à cerner toute la portée de la phrase). Sauf que c’est inutile de prétendre quoi que ce soit entant que pratiquant d’arts martiaux dans la rue. N’importe quel hooligan bourré peut vaincre au hasard. Tout dépend de la capacité de nuire du mec. Et donc, on est toujours d’accord : s’il suffit d’être vicieux et balèze en running (avec ou sans musculation, même si le fantasme de la demoiselle de 50 kilos qui assomme un colosse prédateur, c’est pour le coup vraiment fantasmatique – mais je suis sûr que les contre-exemples ponctuels existent sur Youtube – c’est plutôt de ça que je parlais) inutile de se casser le cul des années en club. Ceci s’apprend dans la rue qui n’est donc pas un mythe, ou même, ça ne s’apprend pas du tout. Il suffit d’être une teigne de naissance, gonflé ou non à la poudre de soja ou à quoi que ce soit d’autre. Par contre, si ce qui compte, c’est la maîtrise de soi, la tempérance, la valeur humaine, le spatialisation du corps et la domination de l’espace, l’éducation mentale au conflit, la conscience de soi et des autres, la hauteur d’âme, l’honneur et plein d’autres choses du genre (ce que le rédacteur de l’article appelle des fioritures mystiques), alors l’Aïkido, avec d’autre disciplines « moralisées » est quelques kilomètres au dessus des arts de pugilats. On ne saurait comparer la bagarre de rue à une méthode d’éducation globale sur de simple critères d’efficacité très hypothétiques. Et encore, si on s’autorise une vraie comparaison, les techniques de bagarre de rue tellement dans l’air du temps, c’est vraiment comme prétendre commencer le piano par du Rachmaninov (ce qu’on nomme donc de l’efficacité pourrait donc s’interpréter comme de la précipitation maladroite). Pour ceux qui écoutent, c’est souvent merdique. Il faut donc être un génie de la musique (dès la naissance et sans acquis, donc, cf. plus haut) et prétendre que le génie est à la portée de tous (ce qui est évidemment faux). C’est vrai que dans les nouvelles disciplines ‘pseudo-réalistes’, compte-tenu du nombre de nouveautés excentriques, les génies tombent des nuages tous les jours.
        Et donc, tout est affaire de point de vue et de ce qu’on veut faire et de qui on veut être. Le meilleur sera celui qui contournera le mieux ses propres limitations et s’adaptera. Tout le reste de l’argumentaire de l’article, c’est juste du marketing en pyjama.

  8. pratiquant dit :

    bonjour,
    Je pense que vous tombez facilement dans l’approche lointaine .
    La corégraphie existe dans tout art martial , la krav maga ou le penchak n’échappe pas à cet état de fait .
    elle a un but pédagogique .
    Dans une certaine mesure l’esprit conventionnel règne même en boxe anglaise ou en thai , les membres de ces arts de combat étant dans un attitude commune de combat .
    Le real aikido n’est pas une invention , on retrouve ces techniques aussi bien dans le penchak , dans les « jujitsu » pratiqués aux USA par les afro américains que dans quelques variantes du ninjutsu et des arts martiaux phillipins
    C’est aux barons du aikido de faire la différence entre leur approches mystiques et la réalité du terrain , surtout en france , car cette approche est irréelle sur le plan martial , elle génères des licenciés et du gurutisme philosophico bobo .
    bien à vous

  9. cadena dit :

    je remarque que l’aikido de Tissier a due mal avec le real aikido . Ma question est simple . Si le real aikido ne vous semble pas convainquant pour quoi le fondateur a reçus la certification de l’International Bodyguard and Security Services Association (IBSSA) ? ?

  10. Dan dit :

    Karaté – jiu-jitsu, judo, aikido, real aikido, brazilian jiu-jitsu, krav maga, etc… Ce qui est sûr, c’est que la plupart des maîtres des styles dénigrent les autres styles car leur style est le meilleur. C’est facile de dénigrer.

    Pour ma part, peu importe le style et si vous le faites bien:

    1 – Vous serez en meilleure forme physique que si vous écoutez la télé.
    2 – Vous serez plus apte à vous défendre contre d’autres qui ne font pas le d »art martiaux
    3 – Vous aurez une meilleure « estime de vous ».
    4 – Votre peur d’être agressé sera beaucoup moindre.
    etc…

    Je trouve le Real Aikido spectaculaire et j’aimerais le pratiquer, mais pour l’instant, je dois me concentrer sur le karaté et le jiu-jitsu et me rendre jusqu’à la noire. Après on verra.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s