Universal Soldier : Regeneration

« Dans un futur proche, le militant islamiste tchétchène Basayev enlève les enfants du Président des États-Unis et prend le contrôle de la centrale de Tchernobyl, menaçant de déclencher un nuage radioactif si ses demandes ne sont pas exaucées. Après des années d’hibernation, l’Universal Soldier Luc Deveraux est réveillé pour intégrer une toute nouvelle équipe secrète d’UniSols afin de déjouer les plans du terroriste.

 Mais Luc découvre que l’un des Universal Soldiers réanimés est un clone de son vieil ennemi, le dégénéré Andrew Scott. Il doit également faire face au NGU, un soldat nouvelle génération possédant la biotechnologie des Universal Soldiers, devenu incontrôlable… »

Et un 3ème Universal Soldier (si on ne compte que ceux avec Van Damme) dans la face !

"Tu m'as balancé dans une moissonneuse batteuse dans le premier - MAINTENANT ÇA VA CHIER !!!"

« Tu m’as balancé dans une moissonneuse batteuse dans le premier – MAINTENANT ÇA VA CHIER !!! »

Petite originalité : « Universal Soldier Regeneration » ne fait pas office de suite au numéro 2 du même nom, mais se targue d’être la suite du 1er – mettant donc au placard « Universal Soldier 2 : Le Combat Absolu ».

« Le prochain qui me parle de cette merde d’Universal Soldier 2 : Le Combat Absolu, je lui loge une balle dans le crâne ! »

Alors qu’en est-il de ce nouvel opus ? Déjà, soulignons la présence, pour son premier film, d’un combattant de MMA maintenant renommé :

Andreï « THE PITBULL » Arlovski

Ben ouais, c’est un peu la grosse pub du film…

« Hé les mecs, on est pas à l’UFC ici ! Et j’ai une surprise pour ce cher Fedor Emelianenko… »

Ensuite, étant un Direct-to-DVD, cela suffirait à beaucoup pour s’en faire un avis. Mais n’allons pas si vite ! Il existe dans le monde de la série B des bons petits films qu’il serait fort regrettable de négliger (non je ne vais pas vous faire la liste des derniers Seagal, dans 24h on y serait encore).

« Universal Soldier Regeneration » fait, à mon humble avis, partie de ceux-ci : action soutenue, trame sympathique, des fights et gun-fights « in your face » comme les amateurs du genre aiment, mais surtout : l’ambiance ! Le point auquel je ne m’attendais pas était bien celui-ci. Se déroulant principalement dans l’usine de Tchernobyle, il y a un petit goût slavique vraiment bien travaillé, et on s’y sent bien immergé.

Peut-être certains d’entre-vous ont-ils joué au jeu PC « Stalker – Shadow of Chernobyl » ; si c’est le cas, vous comprendrez bien vite de quoi je parle.

Et le jeu d’acteur dans tout ça ? Ho bah, comme vous vous en doutez, Andreï « THE PITBULL » Arlovski ne risque pas de recevoir le prix du meilleur acteur de l’année.Néanmoins, il assume ce qu’il faut pour ce rôle de « super combattant génétiquement modifié« , conçu pour se battre, pas pour parler.

"Hé Jeanclod ? T'aurais un bon tuyau pour moi?"

« Hé Jeanclod ? T’aurais un bon tuyau pour moi? »

Dolph Lungren, quant à lui, rejoue très bien le rôle du psychopathe qu’il faisait déjà dans le premier film – du déjà vu, certes, mais bien fait quand même. On regrettera juste qu’il ne soit pas plus présent.

Et notre acteur belge dans tout ça ? Je ne sais pas si c’était voulu, mais le bougre a l’air fatigué… Vraiment fatigué !

"J'suis trop vieux pour ces conneries..."

« J’suis trop vieux pour ces conneries… »

Bon, le personnage de Luc Devraux le place dans l’histoire d’un type qu’on a rescucité, transformé en Unisol (« Universal Soldier ») qu’on tente depuis des années à le ré-integrer à la civilisation et auquel on re-demande d’enfiler la tenue de combat (+ produits anabolisants pour dinosaure) pour mettre fin au carnage. Certes, ce n’est pas de tout  repos mais on sentirait presque un Van Damme se contenter uniquement de faire ce qu’il a à faire sans vouloir en faire plus.

Pour le reste -je l’ai déjà dis- prenez ce film comme un bon petit divertissement qui tient bien la route. Et si vous êtes pratiquant de MMA, les scènes de tatane de ces « Monstres Soldats de la Mort » vont vous plaire, c’est sûr : vous y retrouverez clef de bras à l’envolée, « Triangle Choke », Takedown, et Cie. Le tout est foncièrement exagéré, mais que voulez-vous, c’est du cinéma en même temps! Mention spécial au « simple soldat » qui tente une clef de jambe sur sur « Super Soldat Arlovski » ! (:

"Ils commencent à me les casser avec leurs Unisols ! Alors si en plus, ils font du MMA maintenant..."

« Ils commencent à me les casser avec leurs Unisols ! Alors si en plus, ils font du MMA maintenant… »

Conclusion : bon film de série B ! Pour autant d’aimer le genre, il vous tiendra en haleine jusqu’à la fin, et c’est toujours plaisant de revoir Van Damme et Dolph Lungren à l’écran.

Ils ont quand même l’air de s’être amusés les bougres !

La bande-annonce (en anglais) :

A propos Jack Hammercore

"Il n'y a que la vérité qui blesse"... Non, y'a mon poing dans ta gueule aussi!
Cet article, publié dans Film, Tout les articles, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s